Les origines

DE-
PUIS
QU-
AND

Déjà 10 ans

Je m’appelle Sohou-Abalou Paulin Ataké. Le concept du Don du Son date de mon arrivée, originaire d’Afrique (Togo), en France en 1983. Je repassais le bac au lycée Notre Dame à Dijon. Lors d’une collecte de sang à laquelle j’ai voulu participer, je fus surpris et déçu que mon sang ne soit pas accepté ; à cause de mon séjour récent en Afrique, j’étais porteur de germes de paludisme. Il me fallait donner mon « Son », un jour pour compenser ma frustration m’étais-je dit.

Don du Son, Art Station à Dijon. Papa Sohou, article de journal
Extrait de "Ouest-France" - samedi 20 décembre 2008

En plus de partager quelque chose, le don est aussi une faculté que chacun a en lui. Et si moi aussi j’avais le don de la musique, je devrais pouvoir non seulement en faire mais aussi la partager. Dans mes tournées je prenais tout le matériel, régie et instruments et partais en concert au gré des musiciens que je rencontrais et qui voulaient bien me suivre pour donner du son (j’avais tout le matériel, les instruments, le véhicule, il ne manquait plus que l’essence et la logistique ; pour cela il fallait jouer et bien souvent sous des conditions de misère, mais on se faisait et donnait plaisir). J’ai créé l’association Gengharmony Mobil en 2008 à Vannes, en Bretagne avec des amis, pour gérer le don du son dans les bars du Morbihan et au Théâtre de verdure à Carnac (FESTIBAR). En 2015 à Dijon je crée l’association qui porte le nom du concept et en 2020 je souhaite l’étendre à l’environnement, les airs planétaires pour la terre avec des paroles incitatives à l’écologie, enfants et adultes.

2018 – Témoignage 10 ans plus tard.

Sur la scène musicale se pratique couramment le bœuf. Un bœuf est une scène sur laquelle se retrouve des musiciens pour interpréter un standard avec des improvisations libres et donc sans répétitions ; l’essentiel est que ce sont de bons musiciens qui s’y aventurent.

Un deuxième point à retenir, celui-ci économique, les bœufs ne coûtent presque rien à l’organisateur en terme de cachets, mais à contrario, cela peut contribuer à vider la salle si les musiciens ne se coordonnent pas ou ne sont pas «bons ». Contrairement au bifteck (bœuf) qui ne prend pas trop de temps de préparation, le don du son serait plutôt du bœuf bourguignon, qui demande que ça mijote. De là pour faire un don du son correcte, il faut un coaching.

Le coach don du son est multi-instrumentiste et danseur de tempo.

  • Il est ingénieur de son et il a du bon « matos »
  • Il a un bon contact et sait se faire respecter
  • Il est chef d’orchestre et animateur du public
  • Enfin le don est bon au gré d’un son convivial

Déroulement du premier samedi // à partir de 20h30

  • J’installe les arrivants et passe de l’accueil à la technique puis à la scène pour l’ouverture.
  • J’incite à communiquer entre instruments et invite les débutants à faire leurs premiers pas sur scène
  • Je propose des adhésion pour aller plus loin pour ceux qui le souhaitent
  • 00h fin, chacun repart en toute sérénité

Les origines
En 2005, j’ai créer l’atelier futur chanteur précurseur du KMP. J’amenais tout mon matériel musical et la régie dans les maternels et les enfants et moi jouions et dansions, sans but précis d’apprentissage à part la découverte et l’instinct de jeu. Dérivé du don du son, le KMP demande un coaching équivalent et suit le même principe de donner envie de jouer. Petite particularité ce pendant, l’enfant peut accepter d’apprendre vite s’il est intéressé, dans ce cas je prévois des sujets très courts d’avance.

Déroulement d’une séance

  • Début à 14h30, par vague de 3 enfants en même temps
  • Ils ont accès à tout le matériel, de la régie aux instruments.
  • Selon l’instrument que l’enfant choisit, je l’accompagne avec le son complémentaire : basse batterie, guitare percussion, etc.
  • Les parents donnent ce qu’ils veulent en partant.

Les origines
Je me suis intéressé à la France-Afrique tardivement, c’est à dire en 2016, et j’ai créé la compagnie Réflexe de Survie pour un spectacle qui reproduirait ce parcourt dans un but informel. J’ai nommé le spectacle l’étau gaulois, pour faire référence à « l’étau dans lequel j’étais pris en France, en tant que noir et déraciné ». Le passé et la conscience peuvent guider le futur par la culture et la discussion. Parler de nos maux, en réduit-il le poids de nos souffrances sur notre conscience ? Et au final si nous nous réservions un jour par semaine pour en parler, par exemple le jeudi, ça résonne comme si je dis discussion.

Déroulement d’une séance
Autour d’un apéro mini concert, discussion et prestations sur les relations colon/colonie/réchauffement climatique. Le spectacle se déroule sous forme de performance avec histoire et musique et des passerelles qui prêtent à discussion.

Respect, écoute, empathie, convivialité sont de rigueur. C’est l’occasion de découvrir et de déguster certains plats proposés par les adhérents.

Artists Word Airs Words // Les origines
Pour avoir une visibilité hors du local et de la ville de Dijon, le festival a pour but de montrer les activités de l’association Don du Son. Sur la même base du don du son, les artistes à partir de la maternel, proposent des paroles sur des airs internationaux. Une compilation discographique est réalisée.

Déroulement
Une première sélection se fait pour amener sur scène le nombre d’artistes souhaité, par écoute. Le festival se déroule fin Août. Les artistes sont bénévoles, défrayés ou salariés.

Don du Son, Art Station à Dijon. Papa Sohou, pochette CD
Fermer le menu